Pour écouter les sons disponibles sur cette page, Realplayer doit être installé sur votre ordinateur; si vous ne l'avez pas, vous pouvez télécharger la version gratuite sur le site real.com : .

"La case trésor" est une émission qui a vu le jour le 18 janvier 1971. Elle était présentée par Guy Lux. L'émission la case trésor se terminait par la chanson trésor qui permettait au candidat trouvant le titre d'une chanson inconnue d'empocher une coquette somme d'argent.
Siam Show
Extrait de la face A du disque ci-dessous.
L'émission a été inventée par Roger Kreicher et réalisée par Manuel Poulet et Claude Charles (que l'on retrouvera dans Casino parade quelques années plus tard). Les questions étaient rédigées par Pierre Henry et Christian Plume. Jean-Louis Gagé fera son apparition en tant qu'assistant de l'émission en 1975.

Pochette du disque d'un des génériques
Bump the Bump a été un autre générique de la case trésor mais je ne peux pas pour l'instant vous en faire écouter d'extrait.

Fabrice apparait dans cette tranche horaire quand Guy Lux annonce qu'il doit s'absenter quinze jours.

Il s'est avéré que ce personnage, au départ comédien, a complètement trouvé sa place en tant qu'animateur de jeux de la tranche du midi. Guy Lux a accepté de ne pas reprendre la présentation de ce jeu en lequel il ne croyait pas puisqu'il ne l'avait pas inventé. C'est dans cette émission que Fabrice s'installe dans son personnage de l'empereur ! 30 ans après ses plus fidèles auditeurs s'en souviennent !

Le concept de l'émission est basé sur une grille dans laquelle chaque case a pour titre un thème (l'opérette, la musique, le théâtre ...). Les candidats s'inscrivent pour un thème donné et doivent être assez spécialistes pour répondre aux questions concoctées par l'assistant de l'émission qui n'est autre à l'époque que Jean-Louis Gagé (depuis 1975).

Fabrice présentait cette émission assisté d'une certaine Doudoune.

La case trésor s'arrêtera en juin 1976. L'été 1977 verra se mettre en place une tournée d'été d'un nouveau jeu "le Bingo" animé avec Patrick Topaloff. La tranche 11h-13h change d'animateur en septembre 1977 pour voir arriver Michel Drucker et "La grande parade".

Pour rédiger ce petit paragraphe, je me suis basé d'une part sur "Les aventuriers de la radio" de Jacques Pessis et Manuel Poulet, éditions Flammarion et sur le récit de Jean-Louis Gagé d'autre part.

Voici le récit de Michel Jacquemin, visiteur très fidèle du site :

LA CASE TRESOR

• 1er générique (titre inconnu) – 1971 – 1972
• 2ème générique : Siam Show – 1972 – 1974
• 3ème générique : Starship’s – 1974 – 1975
• 4ème générique : Bump the bump – 1975 – 1976


Juin 1971 ; le « jeu des mille francs », animé par Lucien Jeunesse, fait fureur sur France-Inter ; à 11 ans, ça m’intéresse, je n’en manque aucune émission. Un jour, j’en parle à mes grands-parents, qui eux écoutent un autre jeu pendant la même tranche horaire. Piqué par la curiosité, je me branche donc sur RTL… et c’est ainsi que je fais la connaissance de la Case Trésor et de Fabrice, pas encore empereur à ce moment.

La première co-présentatrice de ce jeu s’appelait Nicole. Fabrice la menait déjà gentiment en bateau, préfigurant ce que serait sa complicité future avec Sophie Garel, « Mémène ».
L’émission est bien entendu en direct, et ce jeune animateur accroche son public comme peu le font à l’époque. Un langage direct, amical, proche des auditeurs… bientôt, la case trésor devient un sujet de conversation dans les cours de récré et dans les familles. Tout le monde devient vite « accro » au jeu.
Pourquoi la « case trésor » ? Parce que dans toute une série de journaux partenaires (l’Est républicain, le républicain lorrain, Ouest-France, Paris-Normandie, Télé 7 Jours, La Meuse-La Lanterne, …) était publiée chaque semaine une grille divisée en de nombreuses cases. Il fallait dire avec quelle case on désirait jouer (A3, B7, …) et surtout essayer de tomber par chance sur « la case trésor », qui était celle qui pouvait rapporter le « jackpot », somme grossissant à chaque émission (au début du jeu, c’étaient des dizaines de cadeaux qui se cumulaient).
Puis vint l’époque des énigmes.
Les énigmes consistaient en une phrase sibylline, dont le sens n’était pas perceptible à la première audition, et dont il fallait justement comprendre la signification. La phrase était passée plusieurs fois pendant le jeu jusque 12h30, et de 12h30 à 13h, les candidats faisaient leurs propositions en soumettant un mot « tilt » censé avoir un rapport avec la solution. Chaque jour passé sans découvrir l’énigme faisait grossir le pactole, et c’est ainsi qu’une des énigmes qui a tenu le plus longtemps, « il tombe deux O entre deux H », a rapporté une petite fortune a celui qui en a découvert le sens !
Je ne me rappelle malheureusement plus de la solution exacte de cette énigme, si ce n’est qu’elle avait un rapport avec Cyrano de Bergerac…
Le jeu en lui-même a connu diverses formules ; une des plus populaires fut sans conteste les types d’épreuves différents annoncés par jingles : « chanson digest », « inspecteur Fabrice », « un mot pour un son », etc.
La chanson trésor prit ensuite la place des énigmes : quatre vers d’une chanson à découvrir. Le générique de cette partie de l’émission était « Si on chantait », de Julien Clerc. Cette partie de l’émission a donné lieu à de mémorables fou-rires, les candidats devant chanter quatre vers de leur choix pour voir s’il y avait un mot commun avec les quatre vers de la chanson trésor. Or tout le monde n’est pas Caruso… Certains, sous le coup de l’émotion de se retrouver à l’antenne, bafouillaient lamentablement, d’autres chantaient comme une batterie de cuisine.
Les rédacteurs des jeux s’arrachaient les cheveux pour trouver de nouveaux vers afin que la chanson trésor ne « tombe » pas trop vite pour maintenir le suspense. Je me rappelle, notamment, d’une chanson qui a tenu le temps d’une seule émission, et qui a été découverte à 12h45, laissant Fabrice dans le pétrin, car aucune autre n’avait encore été préparée pour prendre le relai. Son talent lui a permis de combler le dernier quart d’heure (dix minutes en fait, l’émission s’arrêtait à 12h55) sans trop de problèmes…
Trois anecdotes me reviennent concernant la chanson trésor :
• L’équipe avait choisi comme chanson trésor quatre vers de la petite Tonkinoise, adaptée par Vincent Scotto en « El Navigatore » :
« j’en connais bien d’autres encore
Je suis navi, navi, navi, navigatore,
Mais de ces pays joyeux,
C’est Marseille que j’aime le mieux ! »
Le candidat, un brave monsieur apparemment très âgé, interprète cahin-caha les quatre vers, mais chante « c’est… que j’aime le mieux » en omettant le mot « Marseille ». Fabrice, ennuyé, lui demande de chanter à nouveau. Rebelote, de plus en plus ému, le brave homme chante d’une voix chevrotante « c’est… que j’aime le mieux ».
Fabrice, respectant les règles du jeu, lui annonce qu’il y a un mot commun avec les quatre vers de la chanson trésor.
Le vieux monsieur, au bord du malaise, lui précise alors qu’il a omis volontairement le mot « Marseille », car dans la version originale de cette chanson, c’est « la France » qui est chanté et non « Marseille » (ce qui est rigoureusement exact !). Finalement, Fabrice lui accordera évidemment la victoire de la chanson trésor !

• Autre choix de l’équipe : un extrait de « La Baya », une chanson de Fragson. Extrait hautement folklorique, puisqu’il ne contenait aucun mot français :
« Timélou, lamélou, pan pan timéla
Paddy lamélou, concodou la Baya !
Timélou, lamélou, pan pan timéla
Paddy lamélou, concodou la Baya »
Premier jour, déconfiture totale des candidats, puisque bien évidemment aucun mot commun ne se trouvait entre les chansons « classiques » qu’ils interprétaient et la chanson trésor. Deuxième jour, une candidate très futée interprète tout de go ces quatre vers. Surprise générale dans le studio, cette chanson qu’ils pensaient faire durer des semaines, a tenu un jour !

• autre anecdote, certainement la plus étonnante. Les vers choisis par l’équipe étaient :
« La biguine à Giscard D’estaing,
Une chanson plein d’entrain
Ne soyez pas en retard
Vive Giscard à la barre »
Il s’agissait d’une chanson de Gérard la Viny écrite pour l’arrivée de Giscard aux Antilles. Très peu connue, cela va sans dire.
Après plusieurs semaines infructueuses, une candidate chante enfin ces quatre vers. Quand Fabrice lui demande comment elle a trouvé, sa réponse est surprenante : la candidate a rêvé la nuit précédente de sa grand-mère antillaise, et dans ce rêve, sa grand-mère lui chantait ses vers et lui conseillait d’aller les chanter à la radio !

MERCI Fabrice pour tous ces bons moments, et… Vive l’Empereur !


Michel Jacquemin.

Michel nous fait partager ses archives avec cet extrait de la case trésor avec pour invité Jacques Martin.

Impossible de vous laisser quitter cette page sans entendre ou réentendre le "vive l'empereur !"

 

Retour à la page émissions de radio.

Retour à la page du menu
Dernière mise à jour de la page : 10 septembre 2006.


Retour à la première page du site